logo

Votre caisse enregistreuse
sur iPad

Découvrir Tactill

5 conseils à suivre

Avant d'ouvrir son commerce à l'étranger

On a tous un ami qui a fait le pari de s’installer à l’étranger, et qui l’a réussi. D’ailleurs, vous et votre idée de commerce y pensez aussi. Vous avez toutes et tous vos raisons de quitter le pays : fuir la crise économique, découvrir un autre pays, une autre culture, investir à l’étranger, ou tout simplement l’envie de prendre un nouveau départ…

Quitter son emploi en France pour s’installer à l’étranger est une chose, mais pour démarrer un nouveau business en ouvrant son commerce, en est une autre. Nous allons donc vous donner 5 conseils à suivre avant d’ouvrir votre commerce à l’étranger, en les illustrant par le témoignage de Johann Tremor, jeune entrepreneur de 26 ans parti s’installer à Miami pour vivre son “american dream”.


“Rien ne développe plus l'intelligence comme les voyages.” Emile Zola


1) Avoir un projet viable

C’est vrai après tout, s’expatrier n’est pas uniquement réservé aux salariés. Vous et votre projet sous le bras êtes aussi concernés ! A la différence que vous engagerez une certaine prise de risque tandis que les expatriés d’entreprise garderont une sécurité plus que confortable.

Mais avant de vous plonger dans l’inconnu et de prendre des risques inconsidérés, avez-vous réellement bien préparé votre projet ? Votre business plan doit être impeccablement réalisé, car nouveau pays signifie forcément nouveau marché.



2) Connaître les attentes locales

Alors oui votre projet est fiable et tient bien la route. D’ailleurs en France il aurait fait un tabac ça c’est certain. Néanmoins, n’oubliez pas que vous allez dans un pays qui n’a pas les mêmes coutumes culturelles qu’en France. Faites une étude de marché qui vous permettra de vérifier le potentiel et les retombées de votre projet dans la destination que vous aurez choisie.

Johann n’a pas échappé à l’épreuve. Après un business plan et un financement bien rodés, il constate très vite que le secteur de la boulangerie est en pleine expansion aux Etats-Unis, et ce malgré un savoir-faire artisanal mal maîtrisé. La réussite de son projet réside aussi dans sa collaboration avec un expert dans le domaine, ce qui d’avance leur garantissait les clés du succès.



3) Choisir la bonne destination

Bien entendu, il vaut mieux choisir un pays qui vous plaît, dans une ville touristique ou économiquement intéressante pour votre activité. Mais pas que. Vous devez pouvoir prendre en considération quelques aspects de la destination que vous choisirez.

Demandez-vous si vous pourrez facilement apprendre la langue. Bien que les Français n’aient pas une super réputation en la matière, vous vous adapterez par exemple rapidement aux langues latines (à vous l’Espagne, le Brésil ou l’Amérique Latine). Mais également les habitudes de consommation, vous conviennent-elles ?

Avant de partir, renseignez-vous aussi sur les besoins du pays, vos perspectives d’évolution, mais surtout si la création d’entreprises y fait bon vivre. Voici les pays qui pourraient vous intéresser, basé sur les données de Doing Business.

Les pays sont classés de 1 à 189 en fonction de l’environnement favorable à la création d’entreprises dans le pays.


1 - Nouvelle Zélande
2 - Canada
6 - Singapour
7 - Australie
8 - Hong-Kong
10 - Portugal
14 - Belgique
15 - Taïwan
19 - Irlande
21 - Pays-Bas
22 - Norvège
28 - France (pas si mal classée finalement)
30 - Libéria
45 - Royaume-Uni
46 - Etats-Unis & Italie
53 - Israël
54 - Maroc
58 - Emirats arabes unis
67 - Mexique
69 - Suisse
74 - Espagne
75 - Thaïlande
79 - Turquie
82 - Luxembourg
83 - Japon
114 - Allemagne
158 - Inde
167 - Brésil

Johann, quant à lui, a choisi “le pays où tout est possible”, à la suite d’un séjour passé aux Etats-Unis. La mixité de la population, la vision de l’entreprise, les trois langues parlées à Miami, et bien évidemment le soleil et la plage sont autant de raisons qui ont fait que notre entrepreneur est tombé éperdument amoureux de cette ville. Pour lui plus de doutes, elle représentera son avenir professionnel…



4) Se renseigner sur la documentation juridique du pays

Se renseigner sur la législation économique, sociale, et fiscale en vigueur n’est pas la partie la plus excitante de votre projet, on vous l’accorde. Mais indispensable, ça c’est certain. Alors on ne fait pas l’autruche et on s’informe sur les réglementations locales (statuts juridiques, dispositifs, obligations légales, démarches administratives…).

Sans oublier toutes les informations nécessaires à votre vie personnelle sur place, comme : la protection sociale, les divers impôts et taxes, la retraite et même la scolarisation de vos (futurs) enfants.



5) Être certain de vouloir partir

Oh c’est un peu bateau je vous l’accorde. Néanmoins, si vous aviez une dernière question à vous poser avant de partir ce serait celle-là ! Ce n’est pas une décision à prendre à la légère puisqu’elle aura des répercussions sur votre vie personnelle et professionnelle mais également sur celle de vos proches. Vous devez obligatoirement partir pour les bonnes raisons et parce que vous êtes déterminé à accomplir votre projet.

Et si c’est bien le cas, Johann n’a qu’un seul conseil à vous donner : “Foncez ! Si l’envie et la détermination sont présentes, vous n’aurez qu’à franchir les barrières que l’on a tendance à nous mettre.”


Author photo